Sortie scolaire au canal de Nantes à Brest pour les lycéens de la filière bilingue breton...


Le vendredi 22 octobre, Monsieur Allain et Monsieur Gudenkauf, les deux professeur de la filière bilingue breton ont accompagné le niveau première à vélo sur le halage du canal de Nantes à Brest de part et d’autre de Redon : une occasion de vivre une expérience en commun et d’inviter au voyage dans l’espace et dans le temps. En effet, la construction du canal date de la période napoléonienne : l’objectif était en ce début du 19e siècle de désenclaver le centre du pays. Si le commerce fluvial permit le transport de marchandises, notamment l’ardoise jusqu’en GrandeBretagne, l’amélioration des routes et l’arrivée du train le supplantèrent rapidement. Un sondage auprès des élèves a permis de s’assurer que chacun ait bien un vélo personnel à disposition et en bonne état de marche. Les billets de TER Vannes-Redon n’ont pu être pris que quelques jours auparavant car seule une météo suffisamment clémente pouvait garantir la sortie scolaire. Les vélos ont été placés dans les compartiments, au petit matin, par un beau matin froid mais ensoleillé. À Redon, Émile Granville, professeur de mathématiques brittophone et passionné d’histoire, attendait les élèves pour les conduire au cœur de la ville historique, sur les traces du premier roi breton Nominoë. Le groupe a poursuivi en direction de Nantes, longeant le halage sur une dizaine de kilomètres avant de s’arrêter près d’un point d’intérêt patrimoniale : adossés sur la rive, parmi la végétation se trouvaient une quinzaine de bateaux métalliques, comme venus d’un autre âge. Émile a précisé que l’explication de leur présence différait selon les sources. En effet, le bruit a longtemps couru et court encore, évoquant des bateaux allemands durant la deuxième guerre mondiale. On sait qu’il s’agit en fait d’embarcations du Génie Civil construites au début du 20e siècle et qui du temps de la poche de Lorient avaient été anéantis par les allemands, au cours de leur repli. En revenant sur Redon, à la croisée de trois départements bretons, le groupe a déjeuné au bord de la Vilaine, avant de prendre la direction de Brest, le long du canal jusqu’à l’île aux Pies. En tout, une petite quarantaine de kilomètres parcourus à vélo sur cette artère géographique, historique, économique et culturelle de la Bretagne. L’eau court sur 384 km et croise 284 écluses, dont 17 ont été recouvertes par les eaux du lac artificiel de Guerlédan, lors de sa construction il y a un siècle.